La lumière sur la tidjaniya

                                                                                          LUMIERE SUR LA TIDJANIYA

 

                                                                            Ouvrage de Cheikh Al Islam El Hadji Ibrahima Niasse
 

1.    PREAMBULE:
Louange à Allah Seigneur des Mondes. Que le Salut et la Paix soit sur le Meilleur des Prophètes, sur Sa Famille, sur Ses Compagnons, sur tous ceux qui suivirent et suivront leur traces jusqu'au jour du jugement dernier.
« Dis: « Voici mon Sentier: j'appelle à Dieu! Claire vue à moi et à ceux qui me suivent. Et Pureté à Dieu. Et je ne suis pas des faiseurs de Dieu. »  (12:108)
2.    DEFINITION DE LA TARIQA TIJANIYYA.
La Tariqa (Voie) de Cheikh Ahmad fils de Muhammad âl-Tijânî (Que Dieu les agrée) qu'il a donnée à ses heureux compagnons et que ses sommités ont répandue dans le monde entier et par laquelle Dieu a fortifié l'Islam dans nombre de contrées est simplement organisée par les trois litanies (dhikr) suivantes : la formule du repentir (ästaghfiru ällâh), La prière sur le prophète (par n'importe quelle formule) et la formule de l'unicité de Dieu ou äl-kalimatu äl-taybatu (Lâ ïlâha ïllâ ällâh).
Nous nous sommes étendus longuement sur cette Voie d'une manière particulière et plus généralement sur la Voie mystique musulmane (äl-Taççawuf) dans plus d'un ouvrage. Le lecteur peut par exemple consulter notre ouvrage (Kâchiful äl-aïlbâs: Retrait des voiles de la Fayda du Sceau Abi äl-cAbbâs). On y trouve des investigations scientifiques sur ces thèmes, et cela par une faveur de Dieu envers nous et envers les humains.
Une des sommités de cette Voie, en même temps Cheikh Al Islam (autorité islamique unanimement reconnue) dans les contrées tunisiennes, notre maître Ibrâhîm ïbn cAbdi äl-Qâdir äl-Rayyâhî (mort en 1266 H) a défini la voie en termes courts, concis et complets. Je livre ci-dessous son texte issu d'une ïjâza (Nomination d'un disciple au grade de maître lui conférant l'autorité de donner et de représenter la voie) qu'il a conférée en 1244 H au Cheikh Abi Äl-cAbbâs ïbn Ahmad ïbn Sayyed Tahir äl-çulayqî dont le grand Savant et Mufti de Tunis, Cheikh Muhammad Fâdil ïbn cÂshûra, a bien voulu nous faire profiter.
3.    TEXTE DE IBRÂHÎM ÄL-RAYYAHÎ DEFINISSANT LA VOIE
Voici la Voie de Cheikh Ahmad Tijân (que Dieu ait son agrément). Elle consiste à : dire la Tacawwuz (1) (protection en Dieu contre Satan) une fois, puis la basmala (2) (bismi ällähi äl-rahmâni äl-rahîm) une fois, puis faire une çalât calà äl-nabî (3) (formule de prière sur le prophète, PSL), cent fois, en utilisant n'importe quelle formule, mais la forme spéciale de la Prière de l'ouverture (çalâtu äl-fâtihi) est meilleure en ce qu'elle comporte d'avantages immenses, puis dire la formule du tahlîl (4) (Lâ ilâha ïllâ ällâh) cent fois.
Tu feras ceci après la prière du matin et celle de casr (milieu de l'après-midi), conformément à la Parole de Dieu: « Et rappelle ton Seigneur en ton âme, en humilité et crainte, et non en parlant à haute voie, matin et après-midi, et ne sois point parmi les inattentifs » (7:205).
Ensuite, tu liras la wazîfa une fois dans les vingt quatre heures. Elle consiste en ceci:
Dire le Repentir sous la forme ci-dessous, trente fois:
[Je me repens à Dieu, en dehors de Qui point de divinité, lui le Vivant, l'Absolu]
Puis lire la Prière de l'Ouverture - çalâtu äl-fâtihi ) - cinquante fois.
Puis lire la formule du tahlîl, cent fois.
Enfin lire la Perle de la Perfection - jawharatu äl-kamâl - douze fois.
4.    LA CHARTE FONDAMENTALE: LE RESPECT DES OBLIGATIONS DIVINES.
La charte fondamentale de cette voie est le respect absolu des obligations divines, obligation dont la plus ferme est l'établissement de l'Office des cinq prières avec la purification par l'eau, et avec aussi, la réalisation complète de ses piliers, conformément à l'ordre divin « Etablissez l'Office (de prières) » (2:43). Ces prières doivent être faites avec toutes les convenances requises dans des assemblées sunnites en dehors des assemblées innovatrices selon le verset « …inclinez vous avec ceux qui s'inclinent. » (2:43), aux heures prescrites: « … établissez l'Office - Oui, l'Office demeure pour les croyants une prescription à temps marqués » (4:103), et dans la dévotion : « Oui ils sont gagnants, les croyants, ceux qui sont dévoués dans leur Office » (23:1-2).
5.    LE TIJÂNÎ ET LE CORAN.
En plus de ces obligations divines, le disciple Tijân doit avoir une relation très étroite avec le Coran par la lecture liturgique, l'apprentissage et l'interprétation. S'il s'agit d'un hâfiz, c'est-à-dire s'il a déjà mémorisé l'ensemble du Coran, il doit s'efforcer de le lire en entier chaque semaine ou, s'il le peut, par période de trois jours ; cela étant plus complet. Car il reste bien entendu que la lecture du Coran est la meilleure manière pour se rapprocher de Dieu conformément à une vision que l'Imâm Ahmad Hanbal a reçue, et conformément au Coran lui-même, à la Sunna du notre prophète (PSL), au consensus des savants (Ijmac), à la raison et à la jurisprudence.
Pour celui qui ne peut accomplir la lecture du Coran en trois ni en sept jours, le minimum consiste à lire deux hizb par jour (un hizb est approximativement un soixantième du Coran). Celui qui ne peut rien de tout cela lira ce qu'il peut, ne serait-ce que quelques versets par jour.
6.    LE TIJÂN ET L'ANEANTISSEMENT DU TEMPS DANS LE ZIKR.
L'enseignement de la voie recommande fortement de submerger son temps dans le rappel (zikr) de Dieu le Très-Haut. Le meilleur dhikr est celui qui vient du Coran, tel que : äl-bâqiyâtu çâlihât (subhâna ällâh, wa äl-hamdu lillâh, wal ällâhu akbar) ou encore la formule Lâ ïlâha ïllâ ällâhu wahdahu lâ charîka lahu, après chaque prière.
7.    LA CHARÎ cA: LE CRITERE DU TIJAAN.
En dépit de la clarté de cette voie et de ce qu'elle est, en réalité, la voie du Coran et de la Sunna, certains se mirent à critiquer Cheikh El Hâj Ali Harâzim, auteur du livre "la quintessence des significations" (jawâhir äl-macânî), simplement parce qu'il s'est étendu sur les faveurs divines de cette voie et des hauts faits de ses heureux adeptes. Ils ne purent supporter l'étendue de ces faveurs. Alors les nièrent et exagérèrent au point dénigrer personnellement Cheikh Ahmad äl-Tijâni lui même, alors que c'est lui qui a déclaré au monde entier cette parole célèbre: « Pesez chacune de mes paroles à l'aune de la charîca. Conservez tout ce qui y en est conforme et rejetez tout ce qui en déborde.» Cette parole éteint toute critique fondée sur des bases musulmanes.
8.    UNE VOIE DU SAVOIR.
Bien des conséquences découlent de cette déclaration. La plus importante se résume ainsi : Cheikh Ahmad äl-Tijânî, oblige ses adeptes non seulement à acquérir la science mais encore à l'approfondir chacun dans la mesure de ses moyens : seul le savant peut peser à l'aune de la charîca et juger ainsi selon la parole de Dieu et de son Prophète (PSL).
La Tariqa Tijânîyya est donc fondée sur la science et la sagesse. Celui qui suit Cheikh Ahmad äl-Tijânî puis commet une innovation blâmable, est seul responsable de son égarement : par sa déclaration historique, Cheikh s'est dégagé de toute responsabilité, tout en affermissant son itinéraire et ses actes dans la Sunna ainsi que tout le monde le reconnaît.
 
9.    UNE VOIE DU JIHÂD DANS LE SENTIER DE DIEU.
Il est dit dans le livre « L'Islam : la voie droite », page 109 :
« Au septième siècle de l'Hégire, c'est à dire le treizième siècle chrétien, Sokoto (au Nigéria) était un foyer culturel islamique reconnu. Cinq siècles plus tard et avec l'aide des frères çûfis (c'est-à-dire, Tîjâni) de Marrakech, son expansion atteignit une nouvelle impulsion par la fondation de l'Etat de Sokoto auquel se soumirent la majorité des noirs de l'Afrique de l'Ouest. »
10.    INTRIGUE CONTRE CHEIKH AHAMAD TIJÂNÎ ET TENTATIVE D'ALTERATION DE JAWÂHIR ÄL-MAcÂNI.
Je possède un exemplaire du livre Jawâhir äl-macâni, écrit de la main de l'auteur, le Khalif El Hadj cAli Harâzim Barrâda (RA). Selon mon maître et père, le Khalif Tijâni au Sénégal, El Hadj cAbdi ällâh ïbn Sayyidî Muhammad, citant Sayyidi äl-Bachir ïbn Sayyidî Muhammad äl-Habîb ïbn Ahmad äl-Tijânî (r.a) qui lui a offert l'exemplaire en 1329 H lorsqu'ils se sont rencontrés à Fèz (Que Dieu la sauvegarde), cette copie manuscrite était en possession de Cheikh Ahmad äl-Tijânî lui même durant seize ans.
La version imprimée très répandue auprès des frères contient maintes choses étrangères à la version originale. Je me suis rendu compte de cela en enseignant ce livre plusieurs fois à des groupes de disciples avancés en présence de sommités de la Tijânîya. Je lisais mon exemplaire manuscrit et ils suivaient avec la version imprimée. Je m'évertuais constamment à les mettre en garde envers les altérations. Comme exemple de ces ajouts le partie intitulée äl-maqçadu äl-Ahmadî qui ne se trouve pas dans mon exemplaire.
J'ai informé le Khalif Tijânî du Caire Cheikh Muhammad äl-hâfiz de cette découverte. Il m'emprunta l'exemplaire et le lut avec un groupe de savants Tijânî dont les maîtres de la ville de Ismâcîliyya. Ils purent confirmer mon constat en comparant avec la version imprimée. Ce Khalif m'a alors demandé de lui notifier tout cela par un acte écrit qu'il gardera et qu'il diffusera au besoin; ce que je fis.
Je suis prêt à aider toute personne qui voudrait mener des recherches en ce sens car cet exemplaire original restera avec moi et j'en remercie Dieu. Par ailleurs, j'ai lu l'exemplaire de Cheikh Muhammad äl-Hâfiz äl-Tijânî äl-calawî, äl-shinguîtî (le propagateur de la voie Tijânîyya en Mauritanie et par suite en Afrique Noire et qui a personnellement rencontré Cheikh Ahmad äl-Tijânî à Fèz). Je l'ai trouvé conforme au mien.
De toute façon, l'acte de tentative d'altération des livres des savants musulmans, en y ajoutant des inexactitudes, des contre vérités ou mensonges, n'est pas nouveau auprès des chercheurs. äl-Shaca'râni dit dans son livre Latâyïfu äl-mannân (La subtilité des dons), page 121 Vol 1, en parlant du Cheikh Muhyi äl-Dîn äl-cArabî äl-Hâtimî : "… Certes, ils lui firent dire un ensemble de choses contraires à la lettre de la Charîca dans son livre äl-futûhât äl-makiyya (les ouvertures Mecquoises) et dans son livre äl-fussus…". Les raisons de ces intrigues sont diverses. Mais, nous sommes, gloire à Dieu, bien au fait et prévoyants sur notre Voie bénie, la voie Tijânîyya Muhammadiyya.
[L'auteur signale ici le livre de Ahmad Sukayrijî janâyatu äl-muntasab, consacré aux mensonges attribués, à tort, à Cheikh Ahmad äl-Tijânî et publié au Caire sous la supervision de Cheikh Muhammad äl-Hâfiz äl-Tijânî.]
11.    DESCRIPTION DU SCEAU DES SAINTS PAR ÄL-TIRMIDHÎ.
Dans son livre Khatmu äl-awliyâ-ï (Le sceau des saints), äl-Tirmidhî (mort en 279 H), écrit en page 279, ce qui suit :
"On luit demanda: décris-nous cet illuminé (mystique) qui détient l'Imâma (la primauté) et le drapeau des saints (awliyâ), dont tous les autres saints dépendent pour l'intercession, tout comme tous les prophètes (PSE) ont besoin de notre Prophète Muhammad (PSL).
Il répondit: Quant à sa description, je vous en ai déjà parlée.
On lui dit encore: Pourquoi devance-t-il tous les saints jusqu'à ce qu'ils aient tous besoin de lui?
Il répondit: Parce qu'il a reçu le sceau de la sainteté et il devint ainsi la preuve de Dieu sur les saints; et j'ai déjà rappelé au début du livre les raisons de ce scellement, qui est que la prophétie a été donnée aux prophètes et non le sceau.
Ces destins (prophètes) n'échappent pas totalement aux vices de l'âme charnelle et de ses contaminations. Ils reçurent alors un prophète (le prophète des prophètes) qui clôt la prophétie tout comme le contrat écrit puis scellé (signé) de sorte que personne ne peut ni y ajouter ni y retrancher quoi que ce soit; et j'ai déjà décrit son sujet dans ce qui précède.
De même, Dieu fait suivre ce saint le chemin de Muhammad (PSL) dont la prophétie est scellée du Sceau de Dieu. De même que Muhammad (PSL) est l'argument de Dieu sur les autres prophètes (PSE), ce saint est aussi l'argument de Dieu sur les autres saints. Au point que Dieu leur dise : Je vous ai donné la sainteté et vous ne l'avez pas totalement épargnée de l'influence de l'âme charnelle et voilà quelqu'un plus faible que vous, moins âgé que vous, qui a accompli la sainteté avec une sincérité totale et n'y permit la moindre part à l'âme charnelle.
Et tout ceci eut lieu dans le monde caché (ghayb) par la faveur de Dieu envers ce serviteur lorsqu'il lui donna le sceau, pour la consolation de Muhammad (PSL), le jour du rassemblement afin que Satan s'isole, désolé, et que l'âme charnelle perde tout espoir et reste voilée. Les Saints se réjouiront ce jour là de cette faveur qui leur est faite; et lorsque vinrent leurs frayeurs, il (le sceau des saints) ne sera point déficient. Muhammad (PSL) viendra avec son sceau qui leur apporta l'immunité contre ces frayeurs. Ensuite viendra ce saint avec son sceau, leur apportant le salut par la véracité de la sainteté. C'est ainsi que les saints ont besoin de lui.
Le sceau des saints a une position prodigieuse et, d'une manière plus générale, l'Homme a une position élevée; sa création est une grande affaire. Simplement parce que Dieu créa Adam de Sa Main et le nomma son Intendant (khalîfa) sur terre. Il est généralement admis qu'un intendant possède un rameau du pouvoir du grand roi.
12.    ELOGES DES SAVANTS A L'ENDROIT DE AHMAD ÄL-TIJÂN.
J'ai déjà livré dans mon livre (Avertissement des purs : Tanbîhu äl-äzkiyâ) une série de relations de savants musulmans d'Afrique du Nord et d'ailleurs, avec Cheikh Ahmad äl-Tijânî. J'en livre ici quelques unes sans nous étaler en longueur.
Les savants de cette religion et les grands guides (ou chouyoukh) véridiques de toutes les contrées, chouyoukh qu'on ne peut soupçonner de faux témoignages, ont fait l'éloge de Cheikh Ahmad äl-Tijânî (RA).Tous ces éloges ont trait à sa science et à sa connaissance de Dieu (gnose).
12.1.    Eloges de savants du Magrib.

•    Dans son livre äl-ächrâf (les nobles), le savantissime Hamdûn ïbn äl-Hâj affirme que son père faisait des éloges à Cheikh Ahmad äl-Tijânî pour sa science et sa connaissance de Dieu et le considérait comme un des cheikhs accomplis de la religion et qu'il composa ces vers:
Fais aussi mention de la lune éclatante, la clarté de Abu
äl-cAbbas, je veux dire Ahmad äl-Tijânî
Soleil de la Noblesse, Pôle du cercle de la guidance
Peine lune de la félicité, étoile de l'embellissement
Mer de la générosité qui nous gratifie de sagesses, lui le zénith
tel le diamant parmi les pierres et les couronnes
Beauté, Imâm (guide), il s'est élevé de bien de degrés
dans les actions pieuses et ne s'est point attardé.
•    Cheikh äl-Tâlib ïbn äl-Hâj, dans son commentaire du livre äl-murchid (le guide) a dit, en commentant la phrase (il est obligatoire d'accorder l'authenticité aux nobles prophètes), ce qui suit:
Sayyidî Cheikh Ahmad äl-Tijânî, le gnostique, que Dieu nous fasse profiter de ses bénédictions, etc…
•    Dans son livre äl-charbu äl-muhtadar wa äl-sirru äl-muntazar min macîni baca°di ahli äl-qarni äl-thâlitha cachara (le breuvage présent et le secret attendu des sources de certains savants du treizième siècle), le savantissime, le complet, le noble, Jaca°far ïbn Idrîs äl-Kitânî, a dit ce qui suit:
« Parmi eux, le Saint, le Célèbre, le Pôle, le Sans ambiguité, le Grand, le Sauveur, le Dévot, Abu äl-cAbbas, Seyydî Ahmad äl- Tijânî, etc… »
Il ajouta: « …ses qualités sont très grandes, ses états mystiques très prodigieux, sa station dans la sainteté, très élevée … »
•    En page 180, de la première partie de son ouvrage salwatu äl-änfâs (soulagement des âmes), le savant influent, Muhammad Jaca°far äl-fâsî, äl-madanî, äl-hassanî äl-kitânî, a dit ce qui suit:
« Le cheikh, qui atteint l'enceinte scellée de Dieu, l'exemple, l'accompli, le pieu, le grand, le gnostique établi, la montagne de la sunna (tradition du prophète (PSL)), le signe des bien dirigés craintifs de Dieu, le savantissime réceptif, l'associé, le très intelligent, celui qui a réussi la jonction entre l'exotérisme (charî-ca) et l'ésotérisme (haqîqa)… »
•    Dans son livre rafcu äl-citâbi wa äl-malâm can man qâla: äl-camalu bi äl-dacîf ikhtiyâräñ haram (Rejet du blâme contre celui qui interdit la pratique du hadith faible dans les œuvres méritoires), en page 53, Cheikh Abu cabdi ällâh Mahmad äl-Qâdirî décrit ainsi le cheikh:
« Le gnostique, mon maître, Ahmad äl-Tijânî. »
De même dans son commentaire du poème äl-burda de l'Imâm äl-buçayri, il dit que son père lui recommanda d'aimer Cheikh Ahmad äl-Tijânî. Il dit en plus:
« Il rencontra son maître et le maître de son père Abu äl-cAbbâs Ahmad äl-Tijânî et lui attesta qu'il aimait ce cheikh. » Et ces gens là étaient des savants de Fèz.
•    Dans son livre äl-ïstiqçâ (l'Investigation), le savantissime, le célèbre, le généalogue, Ahmad äl-nâçirî äl-lâwî, que Dieu lui accorde sa miséricorde, dit en page 137, partie 4, « que Cheikh Ahmad äl-Tijânî est plein d'allure et influe sur les sciences »
En page 146 de la même partie, il dit:
« Quant aux saints, l'interdiction de la visite (spirituelle ) - afin d'éviter tout prétexte - mais expliquée correctement et largement de sorte que cela (l'interdiction) ne soit ambiguë, est pertinente et ne contredit pas les fondements de la Loi (charîca) mais, plutôt, lui est conforme. Ce point de vue est celui du jurisconsulte, du mystique, Abu äl-cAbbâs, Cheikh Ahmad äl-Tijânî, qui a défendu ses compagnons de la visite (spirituelle) des autres saints. »
Il dit finalement en page 150 de la même partie : « Le Cheikh, le Gnostique, l'Imâm, Abu äl-cAbbâs Ahmad äl-Tijânî, guide suprême de la Voie Tijâniyya. »
12.2.    Eloges des savants Tunisiens.
Dans son livre çafwatu äl-ica°tibâr bi mustawdaci äl-ämçâr, en page 32, Cheikh Muhammad äl-bayram äl-khâmis äl-Tûnissî, äl-miçrî (décédé et inhumé en Egypte, 1370), décrit ainsi le cheikh:
« Le Pôle, le Vertueux, Ahmad äl-Tijânî (RA) ».
Il rappela un poème par lequel Ahmad äl-Tijânî a appelé Dieu lorsqu'il rencontra des difficultés dans la contrée de Tunis.
12.3.    Eloges des savants de Cham (Syrie).

•    Dans son livre jâmicu karâmâti äl-äwliyâ (Collection des faits prodigieux des saints), en page 349, partie 1, L'imâm, l'excellent, l'aimant, l'accompli, Yûsuf äl-nabahânî décrit ainsi le cheikh:
"Guide des gnostiques, l'une des sommités parmis les saints rapprochés"
Dans son livre sacâdatu äl-dârayni (la félicité des deux mondes), il dit:
"Cheikh Ahmad äl-Tijânî, fait partie de ceux qui reçurent leur litanies (äwrâd wa ädhkâr) directement du Prophète (PSL), en état de veille".
Il rappela dans son livre certaines particularités de jawharatu äl-kamâl (La perle de la perfection).
•    Un autre, le célèbre, l'exemplaire Muhammad Fâl ïbn Muhammad ïbn Ahmad äl-câqil, a dit:
"Ahmad, plutôt connu sous le nom de äl-Tijânî
doué de connaissance, de secrets et de gnose".
•    cAbdu Ällah ïbn Ahmad Dâm, reconnu par sa haute position par tous ses contemporains, métropolitains et provinciaux, décrit Cheikh et sa voie dans le poème suivant [dont nous donnons les deux premiers vers]:
Qu'on veuille supputer sur la Voie d'äl-Tijânî
Quant à moi, je suis convaincu de sa perfection
Celui qui lit les livres qu'ils a propagés
y verra des paroles véridiques, toutes guidantes
etc..
 
12.4.    Eloges des savants d'Egypte.
Dans son livre ïntichâru äl-ïslâm fî äl-qârati äl-aîfrîqiyya (Propagation de l'Islâm sur le continent africain), le docteur Hassan Ibrahîm, Recteur de l'Université Usyût, dit en page 44:
"Parmi les ordres çûfî, la Voie Tijânîyya, est celle qui a la propagation la plus vertigineuse. Elle fut fondée par Abu äl-cAbbâs Ahmad ïbn Muhammad äl-Mukhtâr ïbn Sâlim äl-Tijânî (1737-1810 après Jésus). Originaire du village de cAynu Mâdî d'Algérie. Ensuite, il a effectué plusieurs voyages dans les pays musulmans tels que Télemcen, Makka, Médine, Le Caire. Il s'est formé auprès des cheikhs de ces villes. Enfin il fonda une nouvelle voie çûfie
Il effectua un séjour dans le désert (äl-çahrâ) en 1782 après Jésus puis s'installa à Fèz (Maroc) en 1797. Il y passa une grande partie de sa vie pour l'organisation et l'expansion de sa voie. Il désigna ses compagnons sous le nom "des Amis" (äl-ähbâb). Il interdit à ses compagnons l'enrôlement dans d'autres voies çûfies." (Voir note plus haut).
On retient d'eux la pratique constante du dhikr ( litanies), de la lecture du Coran, d'invocations, de prières sur le Prophète (PSL) très précises en des moments aussi déterminés."
12.5.    Conclusion.
Nous avons listé quelques brillants éloges de savants de la religion musulmane qui ne sont pas des membres de le Voie Tijâniyya:
Certes les gens ne manquent pas d'intelligence au point
De dire le bien là où ils ne le voient pas.

13.    LES DISCIPLES TIJANI, SOMMITES PARMI LES SAVANTS.
Nous ne nous étendrons pas sur le nombre et la qualité des savants, parmi les culamâ, de cette religion qui se sont soumis à l'autorité spirituelle de Cheikh Ahmad äl-Tijânî et ont suivi sa voie, hier et aujourd'hui. Leur nombre et leur existence dans toutes les contrées suffisent à illustrer la valeur de la voie.
Nous nous contenterons de citer des passages du livre äl-îmânu äl-çahîh (La foi authentique) du savantissime, le Qâdî marocain, Ahmad Sukayriji (page 60), livre dans lequel il a fortement défendu son maître Cheikh Ahmad äl-Tijânî.
13.1.    QUELQUES SAVANTS DE TUNIS.
Et, si Cheikh Ahmad äl-Tijânî n'avait pour disciple que Abu Ishâq Ibrâhîm äl-Rayyâhî, cela aurait amplement suffit pour lui emboîter les pas. Car nul besoin n'est de présenter Äbu Ïshâq Ïbrâhîm äl-Rayyâhî dont la grandeur, la science, la bonne pratique sont plus visibles qu'un feu allumé au sommet d'une montagne. La famille des Rayyâhî fait partie des plus vielles familles traditionnelles et nobles de la métropole tunisienne, siège du khilâfat de Cheikh Ahmad äl-Tijânî dans ces contrées.
Parmi les familles célèbres par leur mérite et leur amour de Cheikh Ahmad äl-Tijânî en Tunisie, on peut aussi citer le cercle des enfants bénis de äl-Nayfar, famille encrée dans la science; mais aussi la famille des enfants de Bayram, famille de grande noblesse.
13.2.    QUELQUES SAVANTS DU MAGRIB ET AU SENEGAL.
Nous citons en particulier, les familles des Kanûn, des calawiyyîn, äl-mawlâ
cAbd äl-Malik äl-Darîr et äl-mawlâ cAbd äl-Salâm ïbn cUmar, des Bannaânî (dans laquelle on trouve äl-Cheikh Ahmad ïbn Ahmad Kallâ Bannânî), des Qabâh, des Abi Halâlî, des Saqâth (famille de sainteté et de vertu), des Jasûs de Rabat (famille de loyauté et de justesse), et d'autres familles qu'on ne peut dénombrer.
Toutes ces familles ont aidé à propager la voie dans toutes contrées. A l'exemple de la famille d'El Hâj Malik Sy à Dakar (Sénégal) et la famille d'El Hâj cAbdu Ällahi Niass à Kaolack (Sénégal).
Ce sont quelques des innombrables sommités scientifiques que Dieu à honorés par l'adoption de la Voie Tijânîyya.

14.    LA REFUTATION DE LA VOIE TIJANI EST UNE INJUSTICE DELIBEREE
Et le Qâdî Ahmad Sukayriji finit en ces termes (page 90-91) :
« Chacune de ces personnalités est à la tête d'une communauté que Dieu a comblée. Quiconque chercherait en à faire des égarés court sûrement à sa perte. Le prophète Muhammad (PSL) n'a-t-il pas dit que sa communauté ne se réunira jamais sur le faux. Chercher donc à les sortir de la religion musulmane sur une simple différence de point de vue sur une question précise, ne peut être le comportement d'un croyant. »
On ne peut s'empêcher de rire lorsqu'on entend certaines critiques porter la contestation à ces cheikhs prestigieux par le verset : « Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion et accompli sur vous Mon bienfait. Et il M'agrée que la Soumission (l'Islam) soit votre religion… » (5:3), et déclarer qu'ils (ces cheikhs) ont pris des dieux en dehors d'Allah. Ceci est une injustice délibérée car ces guides (Que Dieu les agrée) n'ont ni permis l'interdit de Dieu, ni interdit ce que Dieu a rendu licite, que Dieu les en garde! Ils n'ont non plus rien apporté d'étranger à cette religion. Plutôt, ils se sont cramponnés à la Corde de Dieu et à la tradition du Prophète (PSL). Ils n'ont ordonné et défendu que ce Dieu et son Prophète (PSL) ont ordonné et défendu. Dieu leur a choisi leurs sympathisants parmi ses esclaves qui suivent ce qu'ils peuvent supporter de leurs enseignements. Ces disciples méritèrent ainsi le qualificatif coranique äl-dhakirîna Ällaha kathîrañ (ceux invoquent Dieu beaucoup). Beaucoup d'entre eux s'élevèrent, louange soit rendu à Dieu, au point de devenir des prédicateurs du bien.
 
15.    LA CONTESTATION SELON LA COMPREHENSION.
La contestation de Cheikh Ahmad Tijânî et ses compagnons est une marque de vantardise et d'ignorance. Äl-Kansûsî rapporte du livre de Cheikh äl-Chaca'rânî äl-jawâhiru wa äl-durar (Les bijoux et les perles) ce qui suit : « J'ai entendu mon maître (Seyyd cAli äl-khawwâç) dire: (…), les spécialistes de la loi (fuqahâ), les disciples çufis, les çufis gnostiques, les çufis complets, les çufis accomplis et enfin les pôles. Chacun nie nécessairement ceux qui sont à un degré supérieur par ignorance de ces états. Celui que ne connaît que l'esprit extérieur de la loi peut contester le disciple çûfi débutant; celui-ci peut critiquer le çufi avancé qui à son tour peut suspecter le çufi gnostique. Celui-là ne peut contester personne car ayant dépassé toutes ces étapes. »
(…)
16.    L'ATTACHEMENT DES TIJANI AU CORAN ET A LA SUNNA.
Toute personne sincère sait que Cheikh Ahmad äl-Tijânî (RA) pratiquait constamment le dhikr aux bouts du jour et en cours de nuit et conseillait ses disciples de faire de même. Si tous les actes rituels de la Tijâniyya concourent à la rémission des péchés, alors l'affirmation selon laquelle toute personne qui suit assidûment cette voie voit ses péchés effacés, n'est point étonnante.
Ce cheikh et ses compagnons sont de ceux qui pratiquent la purification par l'eau, qui accomplissent exhaustivement la prière, qui lisent le Coran (par cœur et dans le texte), qui font l'aumône, qui prient, qui font le pèlerinage, qui font la guerre sainte. Toutes choses fortement recommandées par Cheikh Ahmad äl-Tijânî, celui qui s'est anéanti en Dieu, le savant, le pieux, le dévot, celui qui s'est totalement consacré à Dieu
17.    LES TIJANI PARMI CEUX QUI INVOQUENT DIEU BEAUCOUP (äl-dhâkirîna Ällaha kathîrañ)
Cette réponse du gnostique, jurisconsulte et voix de la Voie, cAbdu Ällah äl-Kansûsî, fait taire toute critique à ce point : « … Ces gens (de la tarîqa Tijâniyya), par Dieu, se situent au meilleur niveau de cette communauté islamique. Louange soit rendu à Dieu : ils sont purs de toute souillure. Pourquoi n'en serait-il pas ainsi, puisqu'ils jeûnent, prient, invoquent leur Seigneur matin et soir tout en ne désirant que sa Face. Parmi eux, certains ne savourent ni les aliments ni la boisson du jour en dehors des jours de fête. D'autres ignorent le sommeil durant la nuit. Il y a parmi eux qui ne récitent pas moins dix mille fois la çalât alâ äl-nabi (prière sur le Prophète (PSL), utilisant la Prière de l'Ouverture, entre le jour et la nuit. »
18.    LA TIJÂNIYYA EST UNE MALÂMATIYYA.
Äl-Kansûsî continue:
« Ils ne sont ni prétentieux, ni présomptueux; ils ne réclament aucune particularité spéciale au sein de la communauté. Chacun vaque à ses occupations journalières (travail, courses usuelles). Alors que certains parmi eux, se trouvent au plus haut sommet des états mystiques véridiques, états acquis et non obtenus par des prédispositions particulières ou naturelles. Nul doute qu'ils font partie des sommités de la malâmatiyya dont le chef de file est Abu Bakr, äl-çiddîqu äl-äkbar (RA).»
19.    LES INVOCATIONS DE LA TIJANIYYA NE SONT PAS UNE INNOVATION.
Les litanies (äl-äwrâd) de cette voie sont celles du Prophète (PSL). Ceux qui s'y adonnent ont eu la confirmation de leur utilité. Nulle utilité n'est plus grande auprès du musulman véridique que la constance dans l'invocation de Dieu et la prédication vers la religion de l'Islâm par la parole et par l'acte. Quant à nous, nous déclarons infidèle aucun musulman. Car, déclarer infidèle un musulman qui prie, est une position intenable. Par contre, celui qui s'en prend à nous injustement et nous déclare infidèle, nous en ferons aussi un infidèle. Cette position se fonde sur la parole du Prophète (PSL) qui dit: « Si quelqu'un déclare une personne comme un infidèle, alors l'un d'entre eux est vraiment un infidèle. »
En réalité, lorsqu'un étudiant s'assoie devant un maître et lui demande de l'enseigner et que ce dernier lui apprend les invocations à dire en nombre précis, après les prières canoniques, le matin, le soir, après les ablutions, au moment du sommeil, après la prière de witr, lors des tawâf (tours de la KABA) par exemple, l'élève ne fait point acte d'innovation dans la religion ; le maître non plus.
20.    LES LITANIES DE LA TIJANIYYA SONT MUHAMMADIENNES.
 Le savantissime Abu Bakr äl-Daymânî äl-chinguîtî dit:
Est-ce une idolâtrie si un serviteur déclare
Sincèrement qu'il n y a de divinité qu'Allah
S'il sollicite le repentir par le ïstighfâr, il espère bien
la rémission des fautes qu'il a commises
Ô homme, si ceci est une idolâtrie, alors soyez idolâtres,
vous aurez certainement une fin bénie et heureuse.
Même si c'est Satan qui aurait recommandé ces invocations, leur pratique n'en serait pas moins licite car, selon le Hadith : « Il arrive que le menteur te dise la vérité ». Qu'en est-il alors si elles sont recommandées par un saint parmi les amis de Dieu et si elles sont les invocations du Prophètes (PSL). En se tolérant mutuellement, les gens se sont affiliés qui au Cheikh cAbdu äl-Qâdir äl-Jîlânî, qui au Cheikh Abi äl-Hassan äl-Châdhilî, qui au Cheikh Ahmad äl-Tijânî. Tout revient au même: les invocations sont celles du Prophètes (PSL) et il s'agit de rappel de Dieu et non de rappel d'un autre.
21.    LES LITANIES DE LA TIJANIYYA TIREES DE LA SUNNA DU PROPHETE (PSL).
Nous terminons cette lettre par le rappel des invocations qui concourent à la rémission des péchés, afin que ne se perde que celui qui veut se perdre en toute connaissance et que se sauve celui qui le veut bien.
Dans son livre äl-tabaqâtu äl-châficiyyatu äl-kubrâ , Tâju äl-Dîni äl-Sabkî, dit :
« Selon cAbdu Ällah ïbn Qatâda, rapportant son père, le Prophète (PSL) a dit: « Le feu n'atteindra pas celui qui atteste qu'il n y a de divinité qu'Allah et que Muhammad est son messager avec conviction.»
22.    LE POIDS DU TAHLÎL DANS LA BALANCE.
« Selon cAbdu Ällah ïbn cUmar, le Prophète a dit :
•    Nies tu la moindre chose dans ces registres?
Le Serviteur:
•    Non, Seigneur.
Dieu dit:
•    As-tu des excuses ou des bonnes actions?
Le Serviteur:
•    Non, Seigneur.
Alors Dieu lui dit:
•    Tu possèdes des bonnes actions enregistrées ici et tu ne sera point lésé.
On sortit une petite carte sur laquelle on avait inscrit la formule (J'atteste qu'il
n y a De divinité qu'Allah et que Muhammad est son serviteur et messager) qu'il avait prononcée. L'homme dit:
•    Ô mon Dieu, que représente ce bout de papier à côté de ces
registres?
Dieu:
•    Tu ne seras pas lésé.
On mit les registres sur un plateau de la balance et le bout de
papier sur l'autre. La balance tomba du côté du bout de papier. »
 
23.    LA RECOMPENSE DU TAHLÎL EST UNE FAVEUR DE DIEU.
Nous continuons à citer Tâju äl-Dîn äl-Sabkî : « äl-Layth ïbn sacîd rapporte des propos semblables, ce qui les renforce . On y comprend par le fait que la balance tomba du côté du bout de papier, que la double shahâda efface ces péchés et il ne s'agit point là d'une innovation. Il n'est pas non plus étrange que par la générosité de Dieu, loué soit Son Nom, qu'il fasse de la double shahâda une possibilité de remise des péchés passés. Nous citerons des hadith qui étayent cela et souvent, les bons actes peuvent racheter les péchés non encore commis. »
Ne Considères tu pas les combattants de la grande bataille de Badr et les propos du Prophète (PSL):
« Si comme si Dieu s'est enquis [le verbe aïttlaca est utilisé] des compagnons de Badr et dit: faites ce que bon vous semble, je vous ai absout de vos péchés. »
Selon Abi Hurayra, le Prophète a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadân, avec foi et espérance d'une rétribution divine, verra ses péchés passés et futurs pardonnés » et « Celui qui veille en prière la Nuit du Destin (laytatu äl-qadr), avec foi et espérance d'une rétribution divine, verra ses péchés passés et futurs pardonnés.»
Dans les deux recueils authentiques de hadiths de äl-Bukharî et de Muslim, le Prophète (PSL) dit :
« Celui dont la prononciation de la formule âmîn, dans la prière, coïncide avec celle des anges, verra ses péchés pardonnés. »
Il est aussi connu que la tradition confirme que le jeûne du jour de la station au mont cArafa (le neuf du mois de dhu äl-hijja), efface les péchés de l'année passé et ceux de l'année à venir, et que le jeûne du jour de câchûra (le dix du mois de Muharram) efface les péchés de l'année passée. De même, celui qui prend un bain rituel le vendredi, se dirige vers le lieu de prière, fait des prières, écoute le discours de l'imâm et enfin, accompli la prière hebdomadaire de vendredi, se voit pardonner ses péchés d'un vendredi à l'autre, avec un surplus de trois jours. Le hadith affirme aussi que l'entrée dans l'Islâm (la conversion) efface tous les péchés antérieurs. Le grand pèlerinage ( Hâjj ) et le petit pèlerinage ( cumra ) effacent chacun les péchés, à condition, naturellement, qu'ils soient acceptés.
24.    LA SHAHADA EST LA MEILLEURE ACTION.
Dans son livre des invocations kitâbu äl-ducâ, äl-tabarânî rapporte d'Abu Dharrin (RA): "J'ai dit: « Ô Prophète, enseigne-moi une pratique qui me rapproche du paradis et m'éloigne de l'enfer ». Il me dit : « Quand tu accomplis une mauvaise action, fais la suivre d'une bonne œuvre car il faudra dix fois la première action ». Je dis: « O Prophète, prononcer la shahâda, est-elle une bonne œuvre ? ». Il répondit : « C'est la meilleure des bonnes œuvres ».
Le Hadith « Efface la mauvaise action en la faisant suivre par une bonne œuvre » va dans le même sens. Néanmoins, nous savons que les pécheurs subiront nécessairement une punition, conformément aux hadiths authentiques. Mais il arrive que ceci arrive à certains individus, à l'exclusion d'autres, par la seule faveur, par la seule générosité de Dieu.
Peut être, est-ce pour cela que ce pauvre homme, s'apercevant de l'immensité de ses péchés face à la faiblesse de ses bonnes œuvres, frappé par la déroute et l'avilissement, s'est cramponné à ce qui pourrait lui ouvrir cette faveur, rémission de tous ses péchés.
25.    QUICONQUE PRONONCE LA SHAHADA ENTRE AU PARADIS.
Rappelons ici le hadith suivant rapporté par Abu Hurayra: « Le Prophète (PSL) a dit à Abû äl-Dardâ : « Annonce aux hommes que quiconque atteste qu'il n y a de divinité que Dieu et que Muhammad est son messager-envoyé, entre au paradis.»
26.    LA SHAHADA EST EXPIATOIRE DE PECHES.
Abû Bakr äl-çiddîq (RA) a dit : « J'ai demandé au Prophète (PSL) une formule expiatoire de nos péchés. Il m'indiqua la shahâda. »
27.    LA SHAHADA EFFACE LES PECHES.
Thâbit rapporte de Anas ceci :
« Un homme vint auprès du Prophète (PSL) et lui dit : « Ô Prophète, j'ai commis toutes sorte de péchés, petits et grands. » Le Prophète (PSL) : « As-tu formulé qu'il n'a de divinité qu'Allah et que Muhammad est son envoyé ?» Il répondit « oui ». Alors il (PSL) répondit : « Ceci prend le dessus sur cela ».
28.    LA SHAHADA EST UNE ECHAPPATOIRE.
Abu Bakr äl-çiddîq (RA) rapporte:
« Je dis au Prophète (PSL) : « Comment échapperons-nous dans notre situation actuelle? ».
Il (PSL) dit : « Quiconque déclare qu'il n'y a de divinité qu'Allah, nul associé à lui, et que je suis son envoyé, y trouve son salut. »
29.    LA SHAHADA EXPIE LE SERMON.
Ïbn cAbbâs (RA) rapporte : « deux hommes vinrent vers le Prophète (PSL). L'un demandait un droit sur l'autre. Quant on lui demanda une preuve, il ne put la fournir. Le deuxième jura, par Allah dont point de divinité en dehors de Lui, alors ne rien lui devoir. Le prophète (PSL), sachant qu'il mentait, lui dit: "Donne lui son droit, et expie ton juron par Lâ ilâha illa allah »
30.    LA SHAHADA EST UNE INVIOLABILITE.
(…)
31.    LA SHAHADA EST UN TRESOR.
Ïbn Hajîra rapporte de Abi Dharrin, rapportant du Prophète (PSL), que le trésor cité dans le Qurân, dans la sourate de la Grotte (18:82), est une plaquette en or, sur laquelle il est transcrit:
« Mouhammad est son envoyé. »
[Dieu dit dans le verset 82 de la sourate 18:
Quant au mur, il appartenait à deux garçons orphelins de la ville, et il y avait dessous un trésor leur appartenant ; cependant que leur père était un nomme de bien. …]
Ïbn cAbbas a aussi dit : « il y avait dessous un trésor", était une tablette sur laquelle on avait écrit: « Il n'existe d'autre Divinité en dehors d'Allah et Muhammad (PSL) est son envoyé. Je m'étonne que quelqu'un qui croit au destin puisse s'installer paisiblement dans ce monde, que quelqu'un qui voit comment cette vie terrestre se joue de ses adeptes, puisse s'y apaiser. »
32.    LA SHAHADA SUR L'OREILLE D'UN POISSON.
Yazîd ïbn äl-cAtâr a dit : « Sur l'oreille droite, il y était écrit : Lâ ïllâha ïlla Ällah; sur l'occiput et sur l'oreille gauche, il avait: Muhammaduñ rasûlu Ällah. Ces inscriptions étaient plus claires que la gravure sur de la pierre. Le poisson était blanc et l'écriture noire au point qu'on pouvait penser qu'il s'agissait de l'encre. Nous jetâmes le poisson dans l'eau et les gens se privèrent de pêcher en ce point de la mer, jusqu'à ce que nous ayons quitté. »
33.    LA SHAHADA EXPOSEE AU PARADIS.
Selon Anas ïbn Mâlik, le Prophète (PSL) a dit: « La première: Lâ ïllâla ïlla Ällah.
La deuxième: Nous avons trouvé ce que nous épargné pour cette vie future, nous avons bénéficié de ce nous avons mangé, nous avons perdu ce que nous avons négligé.
La troisième: Une communauté pécheresse, un Seigneur repentant. »
34.    LE MOT DE LA FIN.
Que Dieu nous inspire le bon sens et la droiture. Qu'il nous ajuste vers le convenable.
Vous est-il acceptable que vous nous ridiculisiez et nous vous honorions?
Ou que nous vous protégions et vous nous lésiez?
La meilleure parole est celle qui guide tout en étant succincte. C'est Dieu qui mène au chemin droit. Il dit la Vérité et dirige vers la bonne voie.
 
[L'auteur finit son texte par deux poèmes sur la tarîqa tîjâniyya par Seydî Mahanda Bâba äl-Daymânî puis de Muhammad Bello ïbn Cheikh cUthmâm Dan Fodjo, Amîru äl-muä°minîn. Un dernier poème d'éloges boucle le tout ].
 source: Professeur Gane Samba LO

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. fityanousidkhine (site web) 07/10/2012

amiiiiin baye doli niane rek

2. Seini Mbarma Oumar (site web) 21/09/2012

Louange et remerciement à L'ETRE Supreme.
Cette LUMIERE est très riche elle ouvre vraiment l' esprit à voir les choses au claire. Merci, merci, merci Qu'ALLAH VOUS ASSISTE DANS TOUT VOS ACTIONS.

3. replica rolex submariner (site web) 07/07/2012

Your article is very good, content is rich, the sentence is smooth, with proper words. I 'm on top of the world

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site